Librislam – Librairie islamique

librairie pas cher !

 
  • Accueil
  • > Recherche : mohamed ali ferkous

Recommandations Salafies 1 – Dr Mohamed Ali Ferkous

Recommandations Salafies 1 - Dr Mohamed Ali Ferkous dans 1- Tous nos LIVRES recommandations-salafiesRecommandations Salafies – Dr Mohamed Ali Ferkous

- La Réforme individuelle vectrice de la Réforme de la Nation
- L’Anathématisation (Takfîr) la juste position des individus accrochés à la sounna et à la communauté
- Laîcité réalité et périls générés
- Le Polythéisme des chrétiens et son impact sur la communauté musulmane
- La Dialectique Aristotélicienne et l’impact de son infiltration ds sciences islamiques

6€ au lieu de 7,50€

Dans : 1- Tous nos LIVRES
Par librislam - Librairie islamique
Le 10 mars 2010
A 8:47
Commentaires :Commentaires fermés
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : mohamed ali ferkous

Recommandations Salafies 3 – Dr Mohamed Ali Ferkous

http://librislam.unblog.frRecommandations Salafies 3 – Dr Mohamed Ali Ferkous

- La conduite correcte à adopter à l’égard des gouvernants

- La sincérité, bénédiction du savoir et secret de la réussite

- L’éducation des enfants et les bases de leur formation

- Le boycotte collectif, prérogative du gouvernement

- Conseils au médecin musulman comprenant des normes prescrites par la chariaà respecter dans son cabinet médical

6€ au lieu de 7.50€

 

 

Sommaire détaillé

La conduite correcte à adopter à l’égard des gouvernants

     

  • L’unanimité quant à l’obligation d’obéir au gouvernant même s’il a pris le pouvoir par force et les désastres qu’entraîne l’insurrection contre lui.

  • Les textes stipulant l’obéissance au gouvernant.

  • L’interprétation de Habl (câble) d’Allah Recommandations Salafies 3 - Dr Mohamed Ali Ferkous dans 1- Tous nos LIVRES allah par Ibn Taïmia.

  • La manière de prodiguer conseil aux dirigeants musulmans.

  • L’explication du hadith : « Il y a trois choses avec lesquelles le cœur de l’individu croyant ne se corrompt pas » par Ibn El-Qayyim – رحمه الله -.

  • NB : vouer sincèrement ses actions à Allah allah dans 1- Tous nos LIVRES, prodiguer conseils aux gouvernants et s’attacher à la communauté musulmane englobent les fondements de la religion et ses règles.

  • Ibn Taïmia – رحمه الله - divise les droits en deux types : les droits des gens, qui se divisent en deux ; particuliers et publics. Les droits publics se divisent également en deux : les droits des gouvernants et ceux des sujets.

  • La voie la plus saine en ce qui concerne Et-Tasfia Wet-Tarbia (la purification et l’éducation) et la position d’Ahl Es-Sounna vis-à-vis de l’injustice du gouvernant et son oppression.

  • La corruption entraînée par la désobéissance et le soulèvement contre le gouvernant.

  • NB: Ne pas désobéir aux gouvernants ne veut pas dire qu’on approuve leur injustice et qu’on accepte les actes répréhensibles qu’ils commettent.

  • Règle : l’approbation d’un acte est en soi-même un acte en ce qui concerne la rétribution, même si on ne le fait pas ou l’on n’a pas l’intention de le faire.

  • Appréhensions vis-à-vis de l’insistance sur l’insurrection.

  • La différence entre les transgresseurs et les combattants.

  • Eclaircir la suspicion relative au hadith rapporté par Abou Wâqid El-Laythi dans l’histoire de « Dhât Anwât » et réfuter le fait de pouvoir en tirer argument pour prétendre que les moudjahiddines ne doivent pas tous connaître leur religion.

La sincérité, bénédiction du savoir et secret de la réussite

Le bienfait du savoir et l’incitation à son acquisition

     

  • A l’origine, l’homme est sans connaissance.

  • Tout ordre émanant d’Allah allah constitue une adoration.

  • La préférence du savoir est absolue et non pas relative.

  • Le savoir religieux est la voie du salut.

  • La manière avec laquelle on recherche le savoir religieux.

  • Les actions sont adaptées aux intentions.

  • La sincérité est la condition de l’adoration et le pilier du monothéisme.

Règle : La recherche du savoir repose sur la sincérité

     

  • Rechercher le savoir pour se libérer de l’ignorance.

  • Appliquer ce que l’on apprend et l’on maîtrise.

  • La sincérité implique la pratique.

  • La rétribution de celui qui met en application son savoir et celui qui le néglige.

  • La véracité est intimement liée à la sincérité.

  • Libérer autrui du joug de l’ignorance par le prêche et la transmission du savoir.

  • Le message du prédicateur au sentier d’Allah allah.

Les intentions diffèrent en ce qui concerne l’acquisition du savoir

     

  • Celui ayant une bonne intention et sa récompense.

  • Celui ayant une mauvaise intention et sa punition.

  • Celui qui vise par l’acte d’adoration des objectifs pour lesquels celui-là n’est pas institué contrarie certes la charia.

  • Celui qui veut acquérir le savoir pour le simple fait de l’acquérir.

  • Le savoir recommandé et dont on a besoin.

  • Savoir sans pratiquer et pratiquer sans savoir, signes de ressemblance aux juifs et aux chrétiens.

  • L’exemple donné par Ibn Taïmia – رحمه الله - à propos de celui qui fait de la sagesse son objectif d’emblée.

  • La sagesse dépend de la sincérité.

  • Quelques propos de nos Salafs sur la mise en application du savoir et la bonne intention en ce qui s’y rapporte.

  • Celui qui désire le savoir pourrait être amené à y avoir une bonne intention.

  • La comparaison entre celui qui tire avantage de la bonne voie et du savoir et celui qui n’en tire pas profit dans le hadith rapporté par Abou Moûssa El-Ach`ari sahabi ressemble aux différentes intentions des gens.

Les signes de celui qui est sincère

     

  • L’amour de la religion, la recommandation de la vérité et l’endurance des difficultés pour sa cause (la religion).

  • Accepter la parole de la vérité pour ou contre lui et se mettre en colère à cause des paroles injustes qu’elles soient pour ou contre lui.

  • « La rétribution est proportionnée à l’action », « Celui ayant une mauvaise intention sera traité à l’opposé de son intention » et l’exemple donné par Ibn El-Qayyim – رحمه الله - sur le sens des deux règles.

  • Détester que quelqu’un soit au courant des bonnes œuvres qu’il fait, ou qu’elles lui soient attribuées.

  • Aimer qu’autrui prenne en charge la mission d’émettre des fatwas au lieu de lui.

  • Eviter de vaincre son opposant par les suspicions et la fausseté.

  • Autres signes de sincérité mentionnés par Abou Hâmid El-Ghazâli – رحمه الله -.

La difficulté concernant la sincérité est de maintenir la stabilité de l’intention

     

  • Les intentions sont de nature très changeantes.

  • La difficulté de la sincérité et les peines que les vertueux ont éprouvées pour remédier à leurs intentions.

  • L’homme peut succomber à cause de son ignorance ou de son inadvertance.

  • Les manières à même de protéger l’âme de ce qui contredit la sincérité.

  • Le savoir et la foi sont les meilleurs dons attribués par Le Tout-Miséricordieux et le propos d’Ibn El-Qayyim - رحمه الله -.

  • Invocation d’Allah allah, enfin, pour nous protéger de l’erreur, de nous faciliter l’acquisition du meilleur et véritable savoir et la pratique parfaite.

Le boycott collectif, prérogative du gouvernant

     

  • Le fondement établissant l’autorisation de faire des transactions avec les mécréants et ses exceptions

  • Il n’y a pas de contradiction entre l’autorisation de faire des transactions avec les mécréants et le dogme d’El-Welê’ Wel-Barâ’ (l’allégeance et le désaveu)

  • Le jugement concernant le boycott commercial vis-à-vis des mécréants diffère en fonction des intérêts et des inconvénients

L’éducation des enfants et les bases de leur formation

L’éducation islamique repose sur l’établissement de l’équilibre entre le côté spirituel et matériel

     

  • L’enfant est le centre du processus éducationnel

  • Les traits de formation de la personnalité de l’enfant

Les fondements de l’éducation de l’enfant

     

  • Premièrement : l’éducation de l’enfant sur la foi

  • Deuxièmement : enseigner à l’enfant les notions du bien et du mal de la vie courante

  • L’éducation est un moyen pour remettre l’égaré à sa nature saine

Quelques obligations vis-à-vis de l’éducation de l’enfant et les moyens à même de former sa personnalité

     

  • Premièrement : le bon exemple

  • Les parents sont le premier exemple pour l’enfant

  • La lourde responsabilité des parents envers leur enfant

  • La responsabilité des parents exige de l’entraîner sur des bases scientifiques

  • Deuxièmement : éprouver de la clémence envers l’enfant

  • Quelques aspects qui révèlent les sentiments des parents envers l’enfant

  • L’obligation, aux parents, d’être justes à l’égard des enfants

  • Quelques conséquences de la dureté envers l’enfant

Les conséquences du manquement à l’éducation de l’enfant

     

  • La formation des générations dépend de l’éducation des enfants et de leur bonne qualification.

Conseils au médecin musulman comprenant des normes prescrites par la charia à respecter dans son cabinet médical

La réalité de la science de la médecine et le jugement concernant son apprentissage

     

  • L’apprentissage de la médecine est une obligation du genre Kifâ’i (collectif)

  • La nécessité d’apprendre la médecine

  • L’intérêt qu’ont porté les savants de l’Islam aux questions inhérentes à la médecine, et la diffusion de celles-ci dans les ouvrages jurisprudentiels

  • La science de la médecine et ses différentes spécialités est nécessaire pour garantir le bon état de santé corporelle

  • La différence entre le médecin et celui qui prétend connaître la médecine

  • Apprendre la médecine est une grâce pour laquelle le médecin doit remercier Allah allah, et la traduire par la droiture dans la conduite et dans la foi

Les normes prescrites par la charia auxquelles le médecin doit se conformer dans son cabinet médical

     

  • Premièrement : la recommandation de consacrer un endroit pour la prière dans le cabinet

  • Deuxièmement : éviter la mixité

  • Troisièmement : l’interdiction de mettre des cendriers et des revues contenant des choses blâmables, et les remplacer par des dépliants de prédication

  • Quatrièmement : l’interdiction d’accrocher des tableaux portant des versets coraniques ou des photos de créatures qui ont une âme ; et la permission d’accrocher des tableaux portant des citations, des maximes et des règles concernant le malade

  • Cinquièmement : consacrer un pavillon séparé pour ceux qui sont atteints de maladies contagieuses

  • Sixièmement : la recommandation d’orienter le bureau du médecin vers la qibla ; et honorer la direction de la qibla en orientant les lieux d’aisance vers d’autres directions lors de la construction du cabinet médical

Les normes prescrites par la charia ayant trait à la personnalité du médecin

     

  • Premièrement : écrire le nom de médecin au lieu de « El-Hakîm » sur la plaque publicitaire

  • Deuxièmement : s’éloigner de l’imitation explicite et implicite des mécréants, concernant tout ce qui est propre à leur religion et leur vie

  • Troisièmement : donner la priorité à la langue arabe au lieu des autres langues étrangères

  • Quatrièmement : adopter la date de l’hégire

  • Cinquièmement : éviter les slogans médicaux ou non médicaux interdits par la charia, ayant trait au dogme ou autres ; à l’instar de la croix rouge, du caducée…etc.

  • Sixièmement : ne jamais serrer la main aux femmes étrangères

  • Septièmement : mentionner que les soins apportés par le médecin à une femme et le fait de découvrir (les parties de son corps concernées par les soins) doivent être selon le besoin ; et démontrer la norme qui y est relative

  • Huitièmement : mentionner le jugement interdisant que le médecin soit seul à seule avec la femme qu’il soigne ; et démontrer la norme qui y est relative

  • Neuvièmement : la norme concernant la conversation du médecin avec la patiente étrangère

  • Le médecin doit éviter tout propos considéré indécent par la charia envers les grands et les petits, tout en étant patient

  • Dixièmement : accomplir assidûment les cinq prières à la mosquée et en congrégation

  • Onzièmement : s’engager à être toujours véridique dans sa conduite, ses engagements

Parmi les éthiques que doit le médecin musulman respecter, ce qui suit:

A- Le fait de prendre soin du malade émane de la loyauté et de la responsabilité du médecin

B- Le médecin doit respecter le droit d’Allah allah et le droit du malade

C- Ne pas tromper le malade en lui prescrivant le médicament, et ne pas conspirer à lui procurer de fausses ordonnances médicales.

D- Le travail du médecin doit être conforme à l’honorabilité de l’être humain et loin de l’humilier. Ce qui implique :

     

  • La préservation des membres humains amputés en empêchant de les brûler ou autre, et ne pas s’entraider à le faire.

  • Ne pas vendre le sang aux malades et ne pas s’entraider à le faire.

  • Eviter les opérations esthétiques et tout ce qui entraîne l’altération de la création d’Allah allah, sauf en cas de besoin.

Conclusion

     

  • Inciter le médecin à faire des consultations gratuites dans son cabinet et à l’extérieur

  • Conseil au médecin d’apprendre sa religion et les questions inhérentes à sa profession, afin qu’il adore Allah allah en s’appuyant sur une preuve évidente

Dans : 1- Tous nos LIVRES
Par librislam - Librairie islamique
Le 6 mars 2010
A 12:34
Commentaires :Commentaires fermés
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : mohamed ali ferkous

Recommandations Salafies 2 – Dr Mohamed Ali Ferkous

tr.jpgRecommandations Salafies 2 – Dr Mohamed Ali Ferkous

La voie salafie est celle de l’Islam et n’appelle nullement à la dissidence ou à la dépravation

Les attentats à la bombe et leurs conséquences désastreuses

La célébration de la naissance du Prophète

Secrets de la considération et du respect du prêcheur

                         La mixité et ses différents cas

6€ au lieu de 7,50€

Sommaire

La voie salafie est celle de l’Islam et n’appelle nullement à la dissidence ou à la dépravation

  • L’énoncé de la critique
  • La voie salafie a deux sens
  • Utiliser le mot voie salafie, à l’instar de ce que faisaient nos Salafs (Prédécesseurs), restera à jamais
  • La voie salafie n’est pas une prédication sectaire, raciale, doctrinale ou de dissidence, où la personne obéie est considérée comme infaillible
  • La voie salafie est la voie dont les traits sont clairs, les principes sont infaillibles et l’aboutissement est garanti
  • Le Coran stipule que l’Islam est un seul parti triomphant
  • Les attributs de ceux qui réussissent
  • Les premières générations Salafs n’avaient pas besoin d’une dénomination particulière, car elles s’attachaient déjà à l’Islam pur
  • Le besoin à une nomination spécifique pour se distinguer des gens des passions et ceux des innovations
  • La voie des Salafs ne peut être que celle de la vérité
  • Les noms et les attributs de la voie salafie convergent
  • La communauté est celle qui adhère à la vérité à laquelle s’attachaient nos Salafs
  • Ahl Es-Sounna (les Gens de la Sounna) et Ahl El-Hadîth (les Gens du Hadith) n’ont pas une autre source à laquelle ils
    s’attachent rigoureusement mis à part celle du Prophète Recommandations Salafies 2 - Dr Mohamed Ali Ferkous dans 1- Tous nos LIVRES mohamed
  • Il n’est pas interdit de s’affilier à « la voie salafie », à « Ahl Es-Sounna » ou à « Ahl El-Hadîth », car ce sont des noms légaux utilisés par nos Salafs en fonction du besoin
  • La voie salafie combat l’hérésie et le fanatisme rituel, et établi strictement la vraie religion
  • La voie salafie admet que l’Islam relève du sérieux et ne comporte pas de
    plaisanterie ; c’est un tout essentiel et non des apparences futiles
  • Le credo des Gens de la Sounna n’atteste nullement le jugement préalable qu’un tel individu demeurera en enfer parce qu’il a délaissé les œuvres formelles prescrites en Islam
  • La voie salafie ne sous-estime pas un iota de la Sounna
  • La voie salafie n’est pas une voie de divergence. Néanmoins, elle est une vocation qui vise à unifier les musulmans sous l’ombre de la pure unicité d’Allah allah 2 dans 1- Tous nos LIVRES et de la Sounna
  • Les résultats qui découlent de l’attachement à la voie salafie
  • La voie salafie suit la trace du Prophète mohamed attentats quant à la manifestation de la vérité et l’appel des gens à la véritable religion
  • L’adhésion à la voie « des Gens de la Sounna et de la Communauté » ou la voie « salafie » est un honneur, une ignité, un symbole de fierté et un synonyme de la vraie croyance
  • Les pieux Prédécesseurs sont les gens qui se réjouissent le plus de la Sounna du Prophète mohamed bombe et qui reconnaissent le plus la grâce qu’Allah allah mawlid leur a accordée d’être guidés à l’Islam
  • Le fait de se réjouir du savoir, de la foi et de la Sounna est un signe évident de leur vénération et de leur préférence tout autre chose
  • Prière et sollicitation d’Allah allah mixité afin de nous guider et de nous accorder le vrai et bénéfique savoir ainsi que la meilleure et la juste œuvre

 

Les attentats à la bombe et leurs conséquences désastreuses

  • Les moyens sont jugés de la même manière que les fins
  • Il est interdit de porter atteinte à la vie des musulmans, leurs biens et leurs honneurs
  • L’interdiction d’adopter les attentats comme moyen de prédication
  • Les conséquences des attentats sur la nation et la prédication au sentier d’Allah allah mouloud
  • Appliquer la charia est l’un des devoirs des gouvernants envers les musulmans
  • Le besoin de la nation à une prédication scientifique sincère

 

La célébration de la naissance du Prophète

  • Les conditions exigées pour l’acceptation de l’adoration
  • Tout rite ne saurait être accepté que si deux conditions soient réunies
  • La première condition est que tout rite doit sincèrement être voué à Allah
  • Seul Allah possède la prérogative d’instituer les rites
  • Les rites sont parachevés et ne sont nullement livrés aux jugements des gens
  • La deuxième condition est que tout rite soit institué de la bouche du Prophète mohamed naissance du Prophète
  • La religion est parachevée et n’a nullement besoin d’ajout ou de correction
  • La célébration de la naissance du Prophète mohamed recommandations et l’origine de cet évènement
  • La célébration de la naissance du Prophète mohamed salafies est une innovation religieuse instituée par suite aveugle des chrétiens ou par exagération de l’amour du Prophète mohamed
  • Le Prophète mohamed n’a jamais fêté la naissance d’un Prophète ou d’un quelconque pieux personnage
  • Le fait que les Compagnons du Prophète mohamed n’aient pas célébré sa naissance prouve qu’il n’est pas permis de le célébrer
  • Quelques hadiths et récits de Salafs prouvant que toute innovation religieuse constitue un égarement
  • Le premier qui a institué la célébration de la naissance du Prophète mohamed
  • La célébration de l’anniversaire du Prophète mohamed par conformisme aux chrétiens et aux juifs
  • La secte des Rafidha (chiites) est celle qui a été la plus influencée par les juifs
  • Événements et faits blâmables
  • La célébration de l’anniversaire du Prophète mohamed n’était pas connue au cours des Meilleures Générations de l’Islam
  • La source de la célébration de l’anniversaire du Prophète mohamed est la secte des Rafidha (chiites)
  • Les choses condamnables qui ont été instituées la veille de la célébration de la naissance du Prophète mohamed
  • Le fait de faire de la célébration de la naissance du Prophète mohamed une fête religieuse est une entorse juridique
  • La situation étonnante de certains qui participent avec les soufis à cette célébration sans leur déconseiller ces pratiques
  • Suspicions et tromperies
  • Les suspicions de ceux qui permettent la célébration de la naissance du Prophète mohamed
  • La première suspicion avancée : le sens qu’ils donnent au verset ﴿ قُلْ بِفَضْلِ اللهِ وَبِرَحْمَتِهِ﴾ ﴾Dis-leur : « Qu’ils se réjouissent des faveurs d’Allah et de Sa grâce !﴿
  • La deuxième suspicion avancée : le sens qu’ils donnent au verset ﴿وَذَكِّرْهُمْ بِأَيَّامِ اللهِ﴾ ﴾Et rappelle-leur les jours d’Allah﴿
  • La troisième suspicion : le sens qu’ils donnent au hadith recommandant le jeûne du lundi
  • La quatrième suspicion : Le fait que les souffrances d’Abou Laheb ont été allégées suite à la joie ayant accompagné la naissance du Prophète mohamed
  • La cinquième suspicion : l’établissement du jeûne du jour de `Achoûra en remerciement d’Allah d’avoir sauvé Moussa (Moïse); ce qui impliquerait la légalité de la célébration de la naissance du Prophète mohamed
  • La sixième suspicion : Le fait qu’une habitude devient musulmane si elle se répand parmi les musulmans bien que son origine provient des mécréants
  • Réfutation de ces suspicions et des autres arguments
  • Réfutation de la première suspicion
  • La véritable explication de la grâce et de la miséricorde d’Allah citées dans le verset
  • Réfutation de la deuxième suspicion
  • Le véritable sens du rappel des jours d’Allah dans le verset
  • La compréhension des Compagnons du verset est une preuve qu’il est interdit de célébrer la naissance du Prophète mohamed
  • Réfutation de la troisième suspicion
  • La mort du Prophète mohamed est la plus grande calamité que la nation musulmane a subie
  • L’unanimité des Compagnons sahaba quand au début du calendrier musulman par l’émigration du Prophète mohamed
  • Suivre les pas des Compagnons est une obligation
  • Réfutation de la quatrième suspicion avec six arguments
  • La règle stipulant que : « Si une entité majeure disparaît, les entités mineures qui en découlent disparaissent aussi » et son application sur l’interdiction de la célébration de la naissance du Prophète mohamed
  • Allah s’est chargé d’exalter la renommée du Prophète mohamed
  • Réfutation de la cinquième suspicion
  • N.B. : les musulmans à l’Aïd sont considérés comme des invités d’Allah allah
  • Réfutation de la sixième suspicion
  • L’interdiction d’imiter les Gens du Livre (les juifs et les chrétiens)
  • L’obéissance au Prophète mohamed est le signe de son amour de sa révérence
  • Pratiquer des hérésies n’est en aucune manière un signe de l’amour ou de la révérence du Prophète mohamed
  • Suivre sa voie et s’attacher à sa Sounna sont les signes de son amour
  • L’amour sincère se manifeste par l’obéissance et la soumission à celui qu’on aime
  • La raison n’intervient pas dans l’institution des règles religieuses
  • Conclusion
  • On se réjouit du Coran et de L’Islam pour lesquels le meilleur des hommes a été envoyé
  • Tirer des leçons et des morales de la biographie du Prophète mohamed, sans exagération ou particularisation
  • Invocation

 

Secrets de la considération et du respect du prêcheur

  • Se passer des gens est une cause pour exalter l’honneur du prédicateur
  • La modération quant à l’acquisition de l’argent
  • Le besoin du prêcheur à une source de revenu pour subvenir à ses besoins

 

La mixité et ses différents cas

  • Réponse à une objection basée sur une attribution erronée d’un avis au Cheikh
  • Les cas de mixité entre les hommes et les femmes
  • Enoncé de la question
  • Premier cas : la mixité permise par Allah allah
  • Deuxième cas : la mixité illicite
  • Troisième cas : la mixité qui s’est répandue à une grande échelle
  • Problématique soulevée par le troisième cas
  • Etablir les causes de la mixité
  • La sortie de la femme est à l’origine de la tentation
  • Les conditions sous lesquelles les femmes peuvent sortir de chez-elles
  • Réponse du ckeikh Ibn Djibrîne à une question concernant les études des femmes dans des universités mixtes
  • Les hommes ne sont pas forcément en état de transgression s’ils ne l’admettent pas et font attention à ses dangers
  • Réponse du ckeikh Ibn Bâz à une question relative à la fréquentation des marchés mixtes où se trouvent des femmes non voilées
  • Réponse du ckeikh Ibn Outhaymîne à une question concernant les études dans des universités mixtes
  • Réponse du ckeikh Ibn Djibrîne sur la manière de se comporter avec les femmes au lieu de travail
  • Réponse du ckeikh El-Fawzâne à une question concernant les dialogues des femmes avec les tailleurs et les commerçants
  • Concernant la règle : «Ce qui est interdit en lui-même n’est permis qu’en cas de necessité, quant à ce qui est interdit en raison de ce qu’il entraîne, il est permis en cas de nécessité» ainsi que la règle : «Ce qui a été interdit afin d’obstruer la voie à des choses illicites, est permis en cas de besoin extrême»
  • Exemples explicitant ces règles donnés par les deux cheikhs de l’Islam Ibn Taïmia et Ibn El-Qayyim
  • Textes de la Sounna dévoilant les dangers de la mixité et appelant à la combattre
  • Le jugement à propos de la fréquentation par les hommes des lieux de travail si ceux-ci ne sont à l’abri des dangers de séduction par les femmes
  • Réponse du ckeikh Ibn Outhaymîne à une question concernant les études dans des universités mixtes en cas de nécessité
  • Une Autre réponse à la même question donnée par le ckeikh Ibn Djibrîne
  • Le fait que les femmes sortent pour acquérir le savoir religieux est un besoin légal
  • Enoncé de la règle : «Ce qui permet seul d’accomplir des choses obligatoires est considéré comme obligatoire en lui-même»
  • Il est permis à la femme de sortir et d’avoir un gagne-pain en cas où personne ne la prend en charge
  • Résumé de la fatwa
  • A propos de la règle :«L’accomplissement des recommandations prime -en son essence- à l’obligation d’éviter les interdits»

 

Dans : 1- Tous nos LIVRES
Par librislam - Librairie islamique
Le 5 décembre 2009
A 10:50
Commentaires :Commentaires fermés
 
 
 

Paroisse St Fulcran en Lodé... |
Groupe des Jeunes St François |
islam 3 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Choisis donc la vie... Dt...
| ESCUELA DE MAGIA DE AVALONC...
| Chercher dans ma vie Ta pré...